Le rock celtique a frappé deux fois
Marée jeune pour EV et Armens


EV (l'interview)
Armens (le concert)


Gweltaz, le Finlindais d'EV
(Photo
Vincent Mouchel).











Déchaînés. Ils étaient déchaînés, sautant, bondissant, hurlant au moindre riff de guitare. Plus de 4 000 jeunes ont envahi, hier soir, l'Amphithéâtre, encouragé par le prix plutôt alléchant (40 F) du double concert d'EV et d'Armens. Les vieux routiers du rock celtique ont ouvert le feu. Gweltaz, torse nu et kilt noir, déboule sur scène : "C'est parti là-dedans !".

La soirée s'est enclenchée sur un rythme explosif. Les spectateurs n'ont pas vu la soirée s'écouler, entre clowneries, coup de gueule en faveur des langues régionales et relance avec la bombarde. Lorsqu'Armens, dopé par ses succès à Bercy et aux Vieilles Charrues, a pris le train en marche, l'hystérie s'est emparée des adolescentes. Ecrasées devant la scène, les filles buvaient les paroles d'Alex. Après le concert, elles titubaient encore, enivrées, sur les quais de l'Odet.



Fakir, le synthé d'EV
(Photo
Vincent Mouchel).

















Copyright Technopole Quimper Cornouaille France-Ouest 1999