Le public se lève pour prolonger le concert du barde breton
Le roi Servat en son domaine


L'extrait du concert



Près de 4 000 adeptes sont venus applaudir Gilles Servat, qui présentait son spectacle "Ne touchez pas à la blanche hermine", dimanche soir, en clôture du festival.

Ils l'aiment, leur Gilles, et ils le connaissent bien. Dès la première chanson, "Sur la route de Quimper", les 4 000 spectateurs reprennent les paroles en chœur. "Où le monde est celtique, et les canards sont bleus" Ils l'accompagnent en battant des mains. Les amoureux, nombreux, se lancent de doux regards au son de ses mélopées romantiques.

Une jeune femme parle même de son "charme irrésistible". Un de ses voisins corrige "on dirait plutôt un gros nounours". Quoi qu'il en soit, Gilles Servat chante en terrain conquis. La présentatrice, Muriel, a donné le ton de la soirée, n'hésitant pas à sortir les violons : "Comme un feu d'artifice qui vient clôturer le festival... Je voudrais remercier Gilles Servat pour ses aquarelles musicales".

Mais le barde breton, bourru et convaincu, ne se laisse pas attendrir. Brandissant son micro comme un lasso, il attaque "L'Hirondelle", "blanche au ventre et noire aux ailes". À la tombée de la nuit, sa belle voix grave est dans son élément. À la fois pêchu et délicat, il enchaîne les "Moulins de Guérande", puis une chanson de son dernier album, "Le Pays".

La chanson suivante, en anglais, est un clin d'œil à son ami écossais Rob. Venu en kilt et avec le drapeau de sa province, celui-ci lui fait de grands signes. Décidément, ce soir, on est en famille. Un petit solo de low whistle par Ronan Le Bars. Nicolas Quéméner assure à la guitare. Bref les sept musiciens de Servat sont parfaits, comme d'habitude.

Servat se lance ensuite dans un plaidoyer pour la culture bretonne : "On va tous chanter en breton pour faire plaisir à M. Chevènement". Le public crie son approbation. Les oreilles du ministre ont dû siffler.

En fin de concert, le public n'a pas voulu repartir. Après un deuxième rappel, Gilles est revenu avec sa fille, devant les spectateurs debouts. Il entonna "Yaouankiz ma Bro", l'hymne à la jeunesse. Consolée, la foule est ensuite allée danser au fest-noz ou écouter les derniers concerts du off... histoire de profiter de la dernière soirée du 76ème festival de Cornouaille.

Ondine MILLOT.

 






La voix troublée par l'émotion,
Gilles Servat est remonté sur scène
après le deuxième rappel. Sa fille
en a profité pour faire un petit tour.



Parmi les excellents musiciens de Gilles Servat, Nicolas Quéméner (guitare) et Ronan Le Bars (Uillean pipe).















Copyright Technopole Quimper Cornouaille France-Ouest 1999