A l'ombre du festival

Une bonne organisation laisse de la place à l'imprévu. Entre deux spectacles, entre deux concerts, il y a toujours quelque chose à voir pour qui sait se perdre dans les ruelles. "Avec mes petites grenouilles, je m'en mets plein les fouilles ! ", s'esclaffe l'homme aux ballons qui pour un soleil (une pièce de dix francs en argot des rues) transforme en quelques secondes des ballons multicolores en animaux fantastiques. Quelques pas plus loin, on rentre dans le bizarre : posée sur son socle, une statue humaine, "Le bourgeois de Calais", s'impose un immobilisme parfait et force le respect des passants. Meghan, musicien celte, semble plus jouer pour lui que pour un public fugitif : bien calée dans son épaule, sa harpe timide lui chuchote des secrets.


23/07 - Photo no. 5