La résistance active de Bolivia Manta

Les visages cuivrés aux traits saillants semblent jaillir du passé. La chute des empires mayas et incas n'a pas empêché les corps et les traditions de survivre aux mutilations des conquistadors. C'est ce passé des minorités indiennes du Pérou, d'Equateur et de Bolivie que le groupe Bolivia Manta de Carlos et Julio Arguedas entretient et embellit. Les épais costumes rituels des musiciens et des danseurs rappellent les Andes originelles et contrastent avec la chaleur des couleurs, des musiques et des danses. Sous l'exotisme de surface, les spectateurs du festival de Cornouaille ont su trouver, par leurs rappels à la fin du spectacle, la parenté entre les dynamismes culturels breton et andin. Face à l'hégémonie de quelques cultures, en Bretagne comme dans les Andes, le passé doit se défendre sans s'isoler. Un dilemme que résume bien le dicton de Pierre-Jakes Hélias :Hier sans demain, aujourd'hui ne vaut rien.

Realaudio


22/07 - Photo no. 2