A l'Ouest, le renouveau

Trois cents hommes et femmes attendent une cantate. Six choeurs chantent à l'unisson une œuvre ramenée du fond des âges, la Cantate du bout du monde ("Kanadenn Penn ar bed") composée par Jeff Le Penven sur un texte de Pierre-Jakes Hélias. Le bout du monde, c'est le Finistère (le Finnis Terrae des Romains), l'achèvement de la quête du Soleil des Celtes venus d'Asie. Parvenus aux confins terrestres de l'Europe, ils ne renoncent pas et bâtissent des navires pour poursuivre leur quête vers l'Ouest. Cette quête, cette sensation de frustration et d'exil dans le "bout du monde" incarne ce que Pierre-Jakes Hélias nommait le tourment d'idéal, l'essence même de la celtitude. Une identité si forte qu'à l'issue du spectacle, lorsque l'hymne de la Bretagne est entonné, c'est un public debout qui laisse parler son cœur.


22/07 - Photo no. 1