Lucien, musicien d'adoption

Il tient sa cornemuse comme une mère son bébé. Lucien Thomas, 61 ans, est maintenant à la retraite et peut se consacrer à sa passion, la musique bretonne. Parisien d'origine, il a trouvé dans ses racines une arrière-grand-mère quimpéroise et s'est peu à peu épris de la Bretagne. Il prend des cours de cornemuse et joue depuis trois ans à la Mission Bretagne de Paris. Quant au festival de Cornouaille, il vient tous les ans depuis 1989 admirer les bagadoù et s'imprégner de musique et de traditions. Dès qu'on aborde un peu la musique bretonne avec lui, Lucien n'a pas son pareil pour parler des sons et des doigtés, des "binious koz" (petits binious, à un bourdon) et des "binious braz" (grands binious, à deux bourdons). Les passions tardives sont toujours les plus vives.

Realaudio


21/07 - Photo no. 3