«Mes parents s'exprimaient en breton. Je le comprenais, mais je ne le parlais pas,» explique Anna-Vari Chapalain. Silence. «Et puis, il faut bien avouer, adolescente, au restaurant je trouvais ça un peu plouc.»