vendredi 21 juillet

Black Label : la puissance à l'état… brutes

Un concert de Black Label, c'est à l'opposé d'un vieux whisky frelaté. Pardon, d'un café "vieilli en fûts de chêne". Le public, conquis d'avance, ne s'y est pas trompé : la basse, la guitare, les cornemuses et l'impressionant pupitre de percussions ne sont pas là pour faire de la figuration.
Et grand bien leur fasse, car les convives sont là pour déguster le plat du jour : de tonitruantes envolées de corneumuses enchevêtrées dans la distorsion des guitares et appuyées à grand renfort de percussions. Et la sono de ne plus en finir de recracher des décibels. Est-ce un bien ou un mal ? Toujours est-il que le couscous n'a - une fois encore - pas pu être au menu, "chérie" ne voulant pas, malgré les protestations du public.
Mais qu'importe après tout, puisque l'apothéose finale, le délicieux dessert, ce sont les déchirements vocaux d'un public qui en redemandait encore le concert une fois terminé.

Ewen Cousin



Black Label Zone en action !

Les Yog Sothoth ont entamé la soirée.


 

Retour


Liens
- Liste de diffusion - Forum - Livre d'or - L'équipe - Contact