dimanche 23 juillet

"Excalibur" au pied du Frugy : magistral !
Une rencontre entre rock, folk et jazz autour d'une époustouflante Table Ronde de magnifiques chevaliers, autant de personnalités aussi riches les unes que les autres d'une longue quête musicale, Roger Hodgson, ex Supertramp, Gabriel Yacoub, fondateur du groupe Malicorne, the Fairport Convention, Didier Squiban, Gildas Arzel, James Wood, Nikki Matheson, l'Orchestre Symphonique de Prague , le Bagad de Kemperlé, groupe de première catégorie, Jacqui Mc Shee, les Chœurs Bulgares Philippopolis... Après Rennes, Paris-Bercy et Nantes, voici le tour de Quimper, avec un amphithéâtre comble, qui a réservé un extraordinaire accueil à la création musicale d'Alan Simon, ce grand maître discret proche des comédies musicales qui défend si fort ses valeurs de partage, d'ouverture et de rassemblement .
Le mythique Roger Hodson, ex Supertramp, a conduit son errance sur les bords de l'Odet avec toujours ce même talent et cette grande complicité avec Alan Simon, son ami. Le solo de Nikki Matheson dans le personnage de Guenièvre est à souligner parmi toutes les formations musicales. Elle est accompagnée de Gildas Arzel, "fine lame" à la guitare électrique et merveilleux chanteur de rock.
Didier Squiban, l'invité surprise, a réveillé beaucoup d'émotion en interprétant cette mélodie entraînante si chère au public, "pour l'amour de la reine", qui a l'art d'unir artistes et spectateurs dans un bel élan d'amitié et de fraternité.
Les nombreux rappels ont pris fin avec un magnifique solo du penn sonneur du Bagad de Kemperle ; ses notes ont fait preuve d'une hardiesse inouie ovationnée par les musiciens et le public. Puis le bagad au complet est monté sur scène avec à sa tête une bombarde surprenante dans ses tonalités, rejointe par une envoûtante guitare basse pour le plus grand bonheur d'un public conquis, tapant des mains et des pieds…
Les spectateurs du Festival de Cornouaille, entre 6.000 et 7.000 hier soir, ont enfin libéré tout leur bonheur jusque là un peu trop retenu, toute leur énergie communiquante et fusionnelle. La Bretagne aura une fois de plus démontré sa force mystique d'union entre l'homme et la nature…
"J'espère que tout cela vous aura fait oublier l'histoire de l'Erika et celle du Mont Frugy", a conclu Alan Simon.





















 

Retour


Liens
- Liste de diffusion - Forum - Livre d'or - L'équipe - Contact